Grippe aviaire du risque « élevé » au risque « modéré »

La situation épidémie de la grippe aviaire sur la faune sauvage passe du risque « élevé » au risque « modéré » en Essonne.

La Direction Départementale de la Protection des Populations a relayé une information du décret du 23 avril 2021 actant que le niveau de risque influenza aviaire est désormais considéré comme modéré en Essonne (et plus généralement dans toute la France métropolitaine).

Ce passage du risque « élevé » au risque « modéré » vient ainsi alléger les mesures de protection renforcée jusqu’alors mises en place dans le département.

Explications des conséquences d’un tel ajustement.

 Depuis le 24 avril 2021, la situation épidémique de la grippe aviaire est considérée comme « modérée » sur tout le territoire métropolitain.
 Les rassemblements d’oiseaux (sauf pour les oiseaux originaires des zones écologiques à risque particulier) et les lâchers de pigeons voyageurs sont à nouveau autorisés en Essonne.
 Est également levée l’obligation de claustration des volailles des élevages commerciaux et de toutes les basses-cours.
 Les détenteurs d’oiseaux, qu’ils soient professionnels ou non-professionnels doivent malgré tout continuer à appliquer un ensemble de mesures préventives : les détenteurs non-commerciaux de volailles (basse-cour) et autres oiseaux captifs élevés en extérieur doivent ainsi transmettre le recensement de leurs animaux par voie dématérialisée via le site ou auprès de leur mairie.
 Par ailleurs, toute mortalité d’oiseaux sauvages (dès le premier animal pour les cygnes, canards, oies et poules d’eau et dès trois animaux en moins d’une semaine dans un rayon de 500 mètres pour les autres oiseaux) doit être signalée sans délai à l’Office Français de la Biodiversité sd91@ofb.gouv.fr
 Des informations complémentaires sur les mesures à suivre d’ordre vétérinaire sont disponibles en annexe de cette minute. Les éleveurs de plus de 1 000 oiseaux sont par exemple tenus de déclarer certains signes d’alerte à leur vétérinaire sanitaire, lequel doit rechercher les causes de ces signaux préoccupants et notifier le tout par écrit afin d’en conserver une trace.
 Notez enfin qu’il existe une plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale qui dresse régulièrement un bilan sanitaire de la situation.
Il vous est possible de consulter ces informations ICI

Lire le décret
Lire l’annexe concernant la surveillance vétérinaire

— Dernière mise à jour le 3 mai 2021

+ D'ARTICLES