Francisque Vigouroux, nouveau « défenseur » des maires de l’Essonne

Le maire (Radical) d’Igny, Francisque Vigouroux a été élu le 5 novembre dernier président de l’Union des maires de l’Essonne où il succède à Jean Hartz, maire de Bondoufle.

Francisque Vigouroux, maire d’Igny, vient de s’emparer de la présidence de l’Union des maires de l’Essonne. (igny.fr)
Par Alain Piffaretti/ Publié le 19 nov. 2020 à 9:52

Fort de sa réélection à la tête de sa commune avec un score de 84 % (le plus élevé de France après Cannes dans une commune de plus de 10.000 habitants), Francisque Vigouroux, maire d’Igny , vient également de s’emparer de la présidence de l’Union des maires de l’Essonne.

Ce dernier a mené sa campagne tambour battant, parcourant le département de long en large et rencontrant plus de 90 maires au cours du mois d’Août. Il a également obtenu le soutien de « grands élus » du territoire, comme le président du conseil départemental ou des sénateurs.
Pécresse siffle la fin de la guerre des maires franciliens de droite

L’élu (Radical) de 48 ans vient de constituer un bureau « rassembleur », en tenant compte de la géographie de l’Essonne, de la taille des communes et des préférences partisanes des maires. « Une association départementale de maires est une sorte d’ONU territoriale, Il faut tenir compte de toutes les sensibilités » affirme le nouveau président. L’Union des maires compte 194 communes adhérentes, 10 intercommunalités et dispose d’un budget annuel de 500.000,00 euros. Elle emploie quatre salariés, dont un juriste et une personne en charge de la formation.

Réussir la transformation numérique.
Francisque Vigouroux souhaite que l’association s’investisse avant tout dans la défense du « fait communal ». « La commune est le premier maillon social et collectif auquel la population s’identifie. Il faut l’affirmer haut et fort », insiste l’élu. Ce dernier place également son mandat sous le double signe de la transformation écologique et numérique. « La transition écologique est en marche, nous devons désormais gérer nos communes en tenant compte de cet impératif ». Estimant notamment que le numérique doit permettre de développer de nouveaux outils de démocratie locale, le nouveau patron de l’Union des maires souligne qu’il faut aider les élus à réussir la transformation numérique.

Pour atteindre ces objectifs, Francisque Vigouroux compte développer les échanges de bonnes pratiques et revisiter le catalogue de formation. Et entend mener avec l’Etat un dialogue sans concession, quitte à marquer clairement son opposition si des décisions s’avèrent contraires à l’intérêt des communes.

Alain Piffaretti

Lire l’article sur les échos

— Dernière mise à jour le 19 novembre 2020